Le braconnage, première cause du déclin de la population d’éléphants d’Afrique

La totalité de la population de l’Éléphant d’Afrique a drastiquement baissé depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage pendant les 10 dernières années, selon le Rapport sur le statut de l’Éléphant d’Afrique présenté lors de la 117è session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tient à Johannesburg, Afrique du Sud. […]

La totalité de la population de l’Éléphant d’Afrique a drastiquement baissé depuis 25 ans, principalement en raison du braconnage pendant les 10 dernières années, selon le Rapport sur le statut de l’Éléphant d’Afrique présenté lors de la 117è session de la Conférence des Parties à la CITES, qui se tient à Johannesburg, Afrique du Sud.

Selon les estimations provenant d’un large éventail de sources – relevés aériens et comptage des crottins d’éléphant – le nombre d’éléphants estimé en 2015 est inférieur de 93 000 à celui de 2006. Cependant, ce chiffre inclue 18 000 individus de populations qui n’avait pas été comptées auparavant, ce qui signifie que le vrai déclin à partir des estimations se rapprocherait plus de 111 000. L’effectif total du continent est maintenant estimé à 415 000 éléphants, mais il peut y avoir entre 117 000 et 135 000 éléphants de plus dans des zones n’ayant pas été systématiquement recensées.

Estimates for savanna populations across the continent have improved in both reliability and coverage and many forest populations in Central Africa have been surveyed for the first time.

La population d’éléphants de forêt d’Afrique centrale a aussi été fortement touchée par le braconnage pour l’ivoire, depuis les années 1990.

La montée du braconnage pour l’ivoire, qui a commencé il y a environ une décennie – l’épisode le plus grave de ce genre connu en Afrique depuis les années 1970 et 1980 – a été la cause principale de ce déclin, tandis que la destruction des habitats représente une menace croissante pour la survie de l’espèce sur le long terme, d’après le rapport.

Avec seulement 24 ooo individus, soit 6% du nombre totale de toute l’Afrique, la population d’éléphants de forêt d’Afrique centrale a aussi été fortement touchée par le braconnage pour l’ivoire, depuis les années 1990. Autrefois, la République Démocratique du Congo détenait l’une des populations d’éléphants de foret les plus importantes d’Afrique, qui a depuis été réduite à de petites  populations résiduelles. Même si le Gabon et le Congo abritent les populations d’éléphants de forêt les plus importantes du continent africain, les deux pays ont été affectés par un fort braconnage au cours des dernières années, tout comme les populations de foret et de savane du Cameroun. Les populations de savane du Tchad ont enregistré de lourdes pertes et celles de la République centrafricaine ont presque entièrement disparu.

« Ce rapport ne fournit pas seulement des informations sur l’évolution des effectifs de l’Éléphant d’Afrique ; en raison de son caractère spatial, il montre aussi où ces changements se produisent » déclare Chris Thouless, Président du Groupe de travail sur l’examen des données du GSEAf et auteur principal du rapport. « Il suit de nombreuses populations d’éléphants au fil du temps et au niveau des sites, ce qui nous permet d’en apprendre plus sur les causes de la disparition ou du maintien des populations dans certaines zones. Ces informations détaillées sont essentielles afin de comprendre ce qui provoque des changements dans les populations d’éléphants. »

Ce rapport est la source de référence concernant les effectifs et la répartition des populations d'éléphants d'Afrique dans les 37 États de leur aire de répartition en Afrique sub-saharienne. Photo/Julian Blanc

Ce rapport est la source de référence concernant les effectifs et la répartition des populations d’éléphants d’Afrique dans les 37 États de leur aire de répartition en Afrique sub-saharienne. Photo/Julian Blanc

Le rapport a été élaboré par le Groupe de spécialistes de l’Éléphant d’Afrique de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN, en partenariat avec Vulcan Inc., une société de Paul G. Allen, et Save the Elephants, une organisation à but non lucratif basée au Kenya.  Il utilise les informations de la base de données relative à l’espèce créée par le Groupe de spécialistes de l’Éléphant d’Afrique de l’UICN, qui est la base de données spatiale la plus complète au monde sur l’état d’une espèce de mammifère de large répartition à l’état sauvage.

La lutte contre le braconnage et le commerce illégal de l’ivoire est l’un des enjeux principaux de la 17e Conférence des Parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding