A l’approche du sommet sur le changement climatique prévu à Paris, les jeunes africains veulent saisir l’occasion pour rendre leur continent plus vert.

Ils ont remis le 04 septembre dernier un manifeste contenant des résolutions et engagements pour une Afrique verte au président de la République du Congo Denis Sassou Nguesso. C’était en marge de la cérémonie d’ouverture des jeux africains de Brazzaville 2015. 20 jeunes lauréats du concours « Africa Green Challenge 2015″ issus de 12 pays africains ont participé à cette cérémonie de remise de manifeste aux dirigeants africains.

Enjeux du changement climatique

Partant du fait que le continent africain est le plus exposé et le plus vulnérable aux conséquences du changement climatique à travers différents phénomènes comme la sécheresse, les pluies diluviennes, et les érosions, les jeunes africains ont pris l’engagement de lutter contre le réchauffement climatique en plantant des arbres dans leurs pays. Denis Sassou Nguesso, le président congolais qui est le tout premier des Chefs d’Etats africains à accueillir la première séance de plantation d’arbres dans son pays au mois de Juillet a été décoré en même temps que les gagnants du concours. En réceptionnant le manifeste des jeunes à l’ouverture des jeux africains, le président Congolais devient ainsi le porte flambeau du concept « Africa Green Challenge » qui n’est rien d’autre que le défi de voir l’Afrique toute verte.

Dans ledit Manifeste, les jeunes exigent:

  1. la signature d’un accord contraignant lors de la 21ème conférence des Parties de la convention des Nations-Unies sur les changements climatiques;
  2. la mobilisation effective des sources et mécanismes innovants de financement destinés à soutenir les projets d’atténuation et d’adaptation au changement climatique sur le continent africain ;
  3. la rémunération des efforts de conservation, de gestion durable des écosystèmes forestiers et d’augmentation des stocks de carbone à travers le reboisement par le payement pour services environnementaux.
  4. Ils invitent par ailleurs les dirigeants africains à tout mettre en œuvre pour appliquer les mesures de développement durable adoptées à Rio+20.

Les jeunes centrafricains se mobilisent

La jeunesse africaine en général et centrafricaine en particulier se mobilisent pour une brillante participation à la 21è conférence des Nations Unies sur le changement climatique de Paris.

En Centrafrique, les leaders des jeunes déterminés à pousser les décideurs à adopter des décisions courageuses dans ce domaine s’informent et se forment sur les questions liées au changement climatique. A cet effet, à la maison des jeunes du 1er arrondissement des jeunes de Bangui ce 18 septembre 2015, des leaders centrafricains ont été sensibilisés sur cette thématique.

Deux présentations ont été faites lors de cet atelier de sensibilisation. Selon Junior Philippe Sibiro, conseiller technique et chargé de projet à l’ONG Nouvel Espace pour le Développement en Centrafrique (NEPADCA), l’objectif de la COP21 est « d’adopter un premier accord universel et contraignant de réduction des émissions des gaz à effet de serre pour maintenir l’augmentation de la température en dessous de 2e C . »

Il souhaite ainsi une prise en compte des jeunes dans la délégation de la RCA aux assises de Paris. « En ce qui concerne la participation de la jeunesse centrafricaine, nous sommes en train de mobiliser cinq jeunes de NEPADCA pour qu’ils puissent y participer avec nos propres frais. Mais aussi, nous n’excluons pas une étroite collaboration avec d’autres organisations. L’atelier nous permet de faire un plaidoyer auprès du gouvernement, pour que nous soyons dans la délégation de notre pays, ça serait une satisfaction pour la jeunesse. »

Igor Tola Kogandou, point focal changement climatique au ministère de l’environnement qui a expliqué aux jeunes le mécanisme pour participer à la COP 21, « le phénomène du changement climatique est une préoccupation mondiale qui demande une mobilisation de tout le monde. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *