Biodiversité au Cameroun: des citoyens prennent le relais de l’État

Au Cameroun, l’État ne parvient pas à assurer le respect de la biodiversité. « Absence de stratégies », « Faible capacité des décideurs politiques ». Ce constat cinglant est extrait du plan d’action national dressé par le ministère de l’Environnement lui-même. Face à cela, des citoyens s’engagent. Portraits de trois acteurs de la société civile qui se battent pour […]

Au Cameroun, l’État ne parvient pas à assurer le respect de la biodiversité. « Absence de stratégies », « Faible capacité des décideurs politiques ». Ce constat cinglant est extrait du plan d’action national dressé par le ministère de l’Environnement lui-même. Face à cela, des citoyens s’engagent. Portraits de trois acteurs de la société civile qui se battent pour préserver l’environnement.

« Oh mon Dieu ! On ne les a jamais vus comme ça ! » Aristide Kamla, jeune chercheur camerounais en biologie marine, est aux anges. Quatre paires de narines viennent de surgir de l’eau boueuse du lac Ossa. Depuis sept ans, ce jeune homme passionné traque le lamantin d’Afrique (Trichechus senegalensis) dans cette Réserve de faune de la région  Littoral, située au sud-ouest du Cameroun. En 2012, il avait décidé de créer sa propre structure, Ammco (African Marine Mammal Conservation Organization).

Vaches de mer

Équipé de sonars high-tech sur sa pirogue traditionnelle, il slalome entre les filets de pêche à la recherche de traces de vie. « Nous sommes en train de collecter les données qui nous permettront de mieux orienter nos actions. Nous les confierons à des activistes pour qu’ils puissent faire des plaidoyers. Ensemble, nous améliorerons le statut de conservation du lamantin. » Dans les eaux troubles du lac Ossa, pourtant répertoriées « Réserve de faune », la survie de l’espèce, classée « vulnérable » sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature(UICN), est en danger.

En cause, les mauvaises pratiques de pêche et la capture illégale des « vaches de mer ». Mais cette aire protégée est également bordée en partie par une plantation industrielle de palmiers à huile, la Safacam. Georges Azangué, le conservateur de la Réserve, est inquiet et un peu démuni. La plantation « utilise des pesticides et des engrais. Nous ne savons pas si ces produits ont des impacts ». Il s’en remet à l’expertise de l’ONG locale: « Les analyses de l’eau réalisées par Ammco nous permettront peut-être de faire des recommandations. »

Les moyens matériels dont il dispose sont maigres et inadaptés. « Nous voudrions intensifier les patrouilles, mais nous n’avons que deux motos. » Quand il sort sur le lac, il doit emprunter l’embarcation de la Société zoologique de Londres, une organisation caritative britannique qui travaille également dans la zone du lac Ossa.

Le ministère camerounais de l’Environnement, de la protection de la nature et du développement durable reconnaît lui-même une « insuffisance des ressources humaines, matérielles et financières« . Il s’est pourtant fixé comme objectif que, « d’ici à 2020, les aires protégées représentent au moins 30 % du territoire national ».

Lisez l’article complet en cliquant sur le lien suivant

Click here to read the original article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding