Gouvernance forestière: Ce que peut apporter la suspension de la coupe des perches

Les perches, bois de petit volume utilisé dans le bâtiment pour la construction des maisons en terre battue et celle des dalles dans les maisons à étages, sont introuvables dans les dépôts de bois de la ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. « On ne nous livre plus les perches», indique Pius Ndi, gérant de dépôt de […]

Les perches, bois de petit volume utilisé dans le bâtiment pour la construction des maisons en terre battue et celle des dalles dans les maisons à étages, sont introuvables dans les dépôts de bois de la ville de Yaoundé, capitale du Cameroun. « On ne nous livre plus les perches», indique Pius Ndi, gérant de dépôt de bois. Ce vendeur qui comptabilise plus de 20 ans dans cette filière dit avoir remarqué que les planches s’achetaient plus que d’habitude par des maîtres d’œuvres et d’ouvrages.

Charpentes en bois de perche

Charpentes en bois de perche

En fait, la coupe du bois des perches a été suspendue par une circulaire du ministre des Forêts et de la Faune, Ngole Philip Ngwese depuis le 21 avril 2016, dans le but de préserver ces jeunes arbres et de faire respecter les engagements du gouvernement dans le cadre de l’Accord de Paris sur le Changement climatique, signé en 2015. En outre, cette décision est fortement soutenue par les intervenants de la filière d’approvisionnement de la perche et désormais, les ingénieurs ne se contentent que des planches pour soutenir les dalles.

Lisez aussi:

Accord de Paris: Grosse déception pour les peuples autochtones et la justice climatique

« Le constat qui avait été fait à la signature de cette circulaire découlait du fait que la plupart des personnes physiques ou morales qui se livraient à l’exploitation des perches se croyait affranchie du respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur en la matière », justifie le ministre des Forêts et de la Faune (Minfof).

des jeunes arbres en souffrance

Des jeunes arbres en souffrance

Et plus loin, il précise que : « Cette décision avait été conçue pour apporter un début de réponse aux engagements du Cameroun à la Cop21 (21ème Conférence des Nations unies sur le climat (Ndlr) )tenue à Paris dans le cadre de la limitation des effets du déboisement du déboisement et d’atténuation des changements climatiques. » « En l’espace de quelques mois, la coupe et le transport des jeunes arbres dans le domaine national de l’Etat ont baissé d’intensité », se réjouit le membre du gouvernement.

Toutefois, le déploiement des services déconcentrés du ministère des Forêts et de la Faune n’aurait pas seul suffi à faire appliquer la circulaire de Ngole Philip Ngwese. « Nous avons sensibilisé nos membres sur la portée de la mesure ministérielle pour notre activité qui ne saurait s’exercer si le bois, notre principale ressource de base, vient à manquer. C’est en limitant la coupe des jeunes arbres que l’on assure la disponibilité permanente du bois », signale Antoine Effa, chef traditionnel et, par ailleurs, responsable de l’Association de vendeurs de bois. Cette association qui compte 430 membres, a été créée le 10 octobre 2012, dans le but de pouvoir faire face aux tracasseries lors du transport du bois.

M. Ngole Philip Ngwese, ministre de la faune et de la flore du Cameroun

M. Ngole Philip Ngwese, ministre de la faune et de la flore du Cameroun

L’on ignore encore quand est-ce que le ministre envisage de lever cette interdiction. Il explique néanmoins que : «  Dans l’un et l’autre cas, il est question de limiter la déforestation par la coupe devenue permanente et systématique des jeunes arbres d’une part et d’autre part à obliger les titulaires des titres d’exploitation  notamment les unités forestières d’aménagement (Ufa) et des forêts communales à reboiser».
Le Minfof Philip Ngolle Ngwese qui veut aussi inviter les opérateurs économiques et les responsables des services centraux et déconcentrés de son ministère à «  l’examen des plans d’aménagement des Ufa met en relief le fait que l’avenir de la production des concessions forestières semble reposer sur la régénération naturelle. Bien plus, le coefficient de reconstitution de la forêt se situe autour d’une moyenne de 65% pour l’ensemble des essences aménagées, sur une rotation fixée à 30 ans ».

Le ministre se convainc de ce que : « Dans l’hypothèse où l’aménagement est conduit sans heurts jusqu’au terme de la rotation, seulement 65% du potentiel prélevé pourrait se reconstituer naturellement. Il reste un gap de 35% du couvert forestier exposé à la dégradation, entraînant la réduction de la biodiversité, la désertification progressive, et la baisse des retombés économiques  autour des concessions forestières».

Comme le ministre, un autre responsable au ministère des Forêts et de la Faune ayant requis l’anonymat va ajouter que : «  En outre, l’analyse des résultats d’inventaire de la plupart des essences forestières exploitées laisse apparaitre que le peuplement d’avenir ne peut pas remplacer le peuplement commercial. Aussi est-il recommandé d’associer à la régénération naturelle,  des méthodes sylvicoles faisant appel à la plantation d’arbres, notamment ceux endémiques, ou objet d’une surexploitation qui les expose à un risque de disparition ».



Une forêt de perches dévastée

Une forêt de perches dévastée

En somme, même si la circulaire du ministre des Forêts et de la Faune a pu faire disparaître les perches des dépôts de bois des villes, il n’en demeure pas moins que, à cause de l’exploitation forestière anarchique, ces jeunes arbres sont dévastés, entraînés par la chute des gros bois. Vivement que le gouvernement impose le respect des normes en matière d’exploitation des forêts pour une utilisation durable des ressources naturelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding