Filière cacao : les résultats déjà perceptibles au Congo

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language. Lancée en 2013 dans les départements de la Sangha et de la Likouala, la production de cacao a sensiblement augmenté cette saison. […]

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Lancée en 2013 dans les départements de la Sangha et de la Likouala, la production de cacao a sensiblement augmenté cette saison. Ray Ban nederland D’après une récente enquête de la Banque mondiale, Nike Solarsoft l’unique localité de Pokola a pu produire plus de 2700 hectares de cacao.

Un arbre portant des cacaos

Un arbre portant des cacaos

Le progrès de la cacaoculture au Congo est à mettre à l’actif du Projet forêt et diversification économique (PFDE), Nike Air Max 2016 Dames roze cofinancé par le gouvernement congolais et la Banque mondiale. Le PFDE a permis en quatre ans de renforcer les capacités de l’administration forestière, sac fjallraven kanken des communautés locales et des populations autochtones, en favorisant une gestion participative durable des forêts.

D’après Roger Mobandzo, coordinateur régional Cacao à la CIB-Olam pour la zone nord Congo, la relance de la filière cacao est un succès dans les localités de Pokola et Kabo. La localité de Pokola n’était pas un bassin de production de cacao, mais elle parvient actuellement à produire environ 2700 hectares de plantation de cacao, confie Roger Mobandzo.

« Des gens qui ne connaissaient le cacao que de nom possèdent aujourd’hui des cabosses et se chargent eux-mêmes de la fermentation des fèves de cacao grâce à la formation qu’ils ont reçue », NIKE AIR FOOTSCAPE

a-t- il dit.

Plusieurs autres témoignages illustrent les efforts des autorités congolaises à travers la mise en œuvre du PFDE. Didas Ngono est l’un des bénéficiaires du PFDE cités par la Banque mondiale, Texas Tech Red Raiders il vient de récolter 700 kg de cabosses et est à la phase de fermentation des fèves de cacao.

Celui-ci a bénéficié d’une formation technique en cacaoculture, du matériel aratoire et des plants de cacao. « Je peux dire que grâce à ma petite entreprise d’agroforesterie, AIR MAX THEA j’ai créé des emplois écologiques qui font vivre au moins trois familles, en plus de la mienne », Didas Ngono a témoigné, rapporte la revue de la Banque mondiale.

Pour parvenir à ces premiers effets, nike mercurial futsal pas cher le PFDE a développé des stratégies innovantes et mis des moyens financiers pour pouvoir accompagner les planteurs. Bulldog Football Jerseys L’équipe de projet a offert des téléphones portables aux responsables des coopératives, afin de communiquer régulièrement avec eux, air max pas cher homme de connaitre leurs difficultés quotidiennes et de faire remonter l’information auprès de l’unité de gestion du projet à Brazzaville.

Le PFDE est cofinancé à hauteur de 32,6 millions de dollars, dont 22,6 millions du gouvernement et 10 millions de dollars de la Banque mondiale. Depuis 2015, le projet a signé un accord de partenariat avec la Congolaise industrielle des bois (CIB-Olam) pour mettre en œuvre des activités génératrices de revenus en faveur des communautés locales. Plus de 885 microprojets ont été financés dans des domaines tels que le reboisement,

Click here to read the original article.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

×

Submit a story

Do you have news to share from Congo? Contribute to this map by submitting your story. Help broaden the understanding of the global impact of this important region in the world.

Find location on map

Find location on map

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding