Un accord dans le silence mais historique pour la planète

7 ans de négociations auront été nécessaire pour signer un accord représentant une victoire sans précédent dans la lutte contre le changement climatique. Nate Solder Ainsi, 197 Etats signataires du protocole de Montréal, réunis à Kigali, capitale du Rwanda, du 14 au 15 octobre 2016, durant le 28eme sommet des parties du protocole de Montréal, […]

7 ans de négociations auront été nécessaire pour signer un accord représentant une victoire sans précédent dans la lutte contre le changement climatique. Nate Solder Ainsi, 197 Etats signataires du protocole de Montréal, réunis à Kigali, capitale du Rwanda, du 14 au 15 octobre 2016, durant le 28eme sommet des parties du protocole de Montréal, se sont engagés à éliminer les hydrofluorocarbures (HFCs), un gaz dont l’effet de serre est plus puissant que le CO2 dans l’atmosphère.

The deal done in Rwanda on Saturday will cut greenhouse gases. Photo credit/theThirdpole.net

L’accord conclu à Kigali réduira les gaz à effet de serre dans l’atmosphere. Photo credit/theThirdpole.net

L’amendement de Kigali, nom portant cette disposition complémentaire dans le protocole de Montréal, a été négocié et signé sans le balai médiatique qu’avait bénéficié l’accord de Paris de décembre 2015. Toutefois, ses retombées sont autant significatifs dans la lutte pour inverser la tendance galopante de la température terrestre.

En effet, le protocole de Montréal, un des traités environnementaux les plus efficaces jamais négociés, a été adopté en 1987 par la communauté internationale. Air Jordan 7 Homme

Il préconise, entre autres, la suppression définitive des chlorofluorocarbures (CFC), principaux responsables de la destruction de la couche d’ozone. Les CFC font également partie des gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. Grâce aux efforts consentis depuis cette date, le trou dans la couche d’ozone a diminué d’une superficie équivalente à celle de l’inde.

Toutefois, ce traité a été responsable de l’explosion de l’utilisation des hydrofluorocarbures (HFC), qui avait été introduits après le protocole de Montréal comme produits de substitution aux CFC. Ils sont principalement employés comme gaz réfrigérants dans les réfrigérateurs et climatiseurs, et agents propulseurs dans les aérosols.

Selon une étude de l’Université de Berkeley, les émissions des HFCs augmentent actuellement à un rythme annuel de 10 à 15%. Ce qui fait que son élimination est essentielle pour atténuer la hausse du climat. chaussures homme adidas adi racer Selon les premières estimations, l’amendement de Kigali pourrait permettre d’atteindre environ 72 milliards de tonnes équivalent CO2 d’émissions évitées d’ici à 2025. Comprar Nike Air Max A plus long terme, la réduction cumulées des émissions mondiales pourrait éviter jusqu’à 0,5 degré Celsius le réchauffement à l’échelle mondiale d’ici à 2100. Adidas NMD Heren Une réalisation significative qui pourrait permettre d’atteindre un quart de l’objectif de 2 degrés Celsius prévus dans l’Accord de Paris, selon une etude publiee en 2015 par l’Institut pour la gouvernance et le développement durable (IGSD).

HFCs are mainly used in air-conditioning systems in rich countries. Photograph: Dimitra Louvrou/EPA

HFCs sont principalement utilisés dans les systèmes d’air conditionnés. adidas superstar dziecięce Photograph: Dimitra Louvrou/EPA

“ L’adoption de l’amendement sur les HFC a des avantages considérables pour les décennies à venir et contribuera à faire avancer les objectifs de développement durable. Air Jordan 3 For Kids Mais surtout, l’élimination progressive des HFC dans le monde pourrait permettre de contenir le réchauffement climatique à 0,5oC d’ici à la fin du siècle, imprimant un énorme élan aux efforts visant à limiter la hausse de la température terrestre en-deçà des 2oC, comme le dit l’Accord de Paris, et de poursuivre les efforts vers l’objectif de 1,5 degrés Celsius”, a déclaré le Secrétaire Général des Nations unies, dans un communiqué a l’issue de cet accord.

Le calendrier de mise en œuvre de l’amendement distingue trois groupes de pays. Asics Gel Nimbus 14 damskie Les pays développés, qui comprennent notamment les Etats-Unis et l’Union européenne, s’engagent ainsi à réduire l’utilisation des HFC de 10% d’ici à 2019 et à les supprimer totalement d’ici à 2050. Les pays en développement, dont la Chine, le Brésil et la plupart des pays du continent africain, commenceront à réduire leur consommation de HFC dès 2024 tandis qu’un troisième groupe de pays réunissant notamment l’Inde, l’Arabie saoudite, le Pakistan, l’Iran et le Koweït, s’y mettront dès 2028. Tous ensemble, les pays devront réduire les niveaux de HFC de 85 % d’ici à 2047.

Afin d’accompagner la transition de ces régions, seize pays – dont les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne et la France – et plusieurs organismes et donateurs privés ont promis de verser une aide de 80 millions de dollars (71,5 millions d’euros). A titre d’exemple, la suppression des HFC d’ici 2050 coûterait à l’Inde environ 34 milliards de dollars (30 milliards d’euros), selon une étude du Conseil en énergie, environnement et eau.

De l’amendement de Kigali, tous les 107 parties sont d’accord pour dire que c’est une grande victoire pour le climat car il signifie la fin progressive des hydrofluocarbures (HFC), un gaz dont l’effet de serre est extrêmement puissant et nocif pour la couche d’ozone.

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding