A la reconquête des arbres

Comment les forêts communautaires pourraient changer la vie dans les zones rurales en République démocratique du Congo. Sur une route de terre battue jonchée de nids-de-poule et traversant une épaisse végétation feuillue, à des centaines de kilomètres de la capitale congolaise de Kinshasa, un grand nombre de gens habitent la forêt. Les jeunes hommes roulent […]

Comment les forêts communautaires pourraient changer la vie dans les zones rurales en République démocratique du Congo.

Sur une route de terre battue jonchée de nids-de-poule et traversant une épaisse végétation feuillue, à des centaines de kilomètres de la capitale congolaise de Kinshasa, un grand nombre de gens habitent la forêt.

screen-shot-2018-05-18-at-1-58-04-pm

Les enfants collectent du bois de chauffage à Mpaha, en RDC. Dans un pays où les infrastructures s’effondrent et où le réseau électrique est limité, les arbres constituent la principale source de combustible de cuisine pour des millions de personnes. (Photo par Molly Bergen / WCS, WWF, WRI)

Les jeunes hommes roulent sur des vélos rouillés sur de la boue de couleur rouge, en tentant de maintenant l’équilibre des sacs imposants de charbon de bois. Des femmes vêtues de tissus aux couleurs vives pataugent dans les ruisseaux à l’ombre de la forêt, où elles laissent tremper les racines de manioc – l’aliment de base de du régime congolais – pendant des jours, en renvoyant une odeur âcre qui flotte dans l’humidité. Les hommes Batwa suivent des chiens de chasse décharnés à travers des sous-bois denses, des cordes tendues alors qu’ils cherchent une antilope ou un singe pour le dîner. Des groupes de filles ramassent du bois de chauffage et le ramènent à la maison sur leur dos dans des paniers tissés à la main. Une brume enfumée plane souvent sur la route, un indice que les agriculteurs brûlent des arbres à proximité pour faire place à de nouvelles terres cultivées dans un sol pauvre en nutriments.

La République Démocratique du Congo (RDC) contient au moins la moitié de la forêt tropicale du bassin du Congo, la plus grande forêt tropicale dans le monde après l’Amazonie. Mais loin d’être un paradis intact, cette forêt est mise à l’epreuve.

Une bureaucratie inefficace et une infrastructure médiocre ont fait que plus de 83 millions de personnes doivent dépendre du peu de soutien de la capitale. Au lieu de cela, les résidents ruraux se tournent, comme leurs ancêtres, vers la terre pour subvenir à leurs besoins quotidiens. Cependant, la plupart d’entre eux ont seulement des droits coutumiers sur la terre basés sur la tradition. Cela signifie que si quelqu’un d’autre – une société minière, une équipe de braconniers – vient de l’extérieur pour exploiter les ressources de la terre, l’habitant d’origine n’a généralement aucun fondement légal pour les défendre.

Depuis plus d’une décennie, le gouvernement congolais travaille avec le Programme régional pour l’environnement de l’USAID (CARPE) et d’autres partenaires pour changer la donne et donner aux communautés rurales un droit explicite de gérer les forêts dont elles dépendent.

Une forêt qui rétrécit

Dans le nord-ouest de la province congolaise de l’Équateur, le village d’Ilanga est assez banal : des blocs de cendres et des maisons de boue et de chaume le long de la route, des lignes de plants de manioc dans la forêt, un mât.

Depuis 2015, les habitants d’Ilanga et des environs de Mpenzele collaborent avec le WWF – l’un des acteurs de l’initiative CARPE – pour obtenir officiellement la propriété des terres entourant leurs villages.

La forêt du Bassin du Congo, 2ème poumon du monde après l'Amazonie

La forêt du Bassin du Congo, 2ème poumon du monde après l’Amazonie

Dans une salle de classe couverte de tôle, des membres de la communauté d’Ilanga et de Mpenzele se sont récemment entassés sur des bancs de bois pour expliquer pourquoi. « Il y a des étrangers qui viennent s’installer et occuper illégalement nos forêts », a affirmé un habitant. « C’est là que le problème se pose. »

En fait, de telles intrusions n’ont jamais été contraires à la loi. Cependant, beaucoup plus de personnes en compétition pour les mêmes ressources est l’une des causes des changements récents et inquiétants dans la forêt observés par les résidents de longue date d’Ilanga et de Mpenzele. Les mammifères sont plus rares, tout comme les chenilles riches en protéines qui sont un mets de saison. Pour récolter les feuilles traditionnellement utilisées pour envelopper la chikwangue, un plat populaire de manioc, les cueilleurs pouvaient marcher quelques mètres dans la forêt et trouver tout ce dont ils avaient besoin. Maintenant, ils doivent voyager beaucoup plus loin. En outre, les conditions météorologiques sont devenues de plus en plus imprévisibles, ce qui rend l’agriculture moins productive et exige que plus de forêts soient abattues pour compenser la perte.

screen-shot-2018-05-18-at-1-58-15-pm

Ces observations ne sont pas uniques à ces villages. Dans l’ensemble de l’Afrique centrale, la forêt du bassin du Congo est en train d’être rasée par les agriculteurs et vidée de sa faune pour répondre à la demande toujours croissante de viande de brousse dans les zones rurales et urbaines. La perte et la détérioration continues de cette forêt en RDC pourraient encore appauvrir et menacer la santé des communautés voisines, en particulier les enfants. Et dans un pays déjà en proie à l’instabilité politique et aux conflits violents, en particulier dans l’Est, la destruction ininterrompue des forêts pourrait exacerber ces tensions ou les faire éclater.

Un homme à Ilanga, en RDC, présente une carte que sa communauté a créée de leurs terres et de leurs ressources. La production de cartes comme celles-ci est une partie importante du processus de concession de la forêt communautaire, car elle exige que les membres de la communauté travaillent ensemble pour déterminer les limites et identifier les sites prioritaires à protéger. (Photo par Molly Bergen / WCS, WWF, WRI).

Un homme à Ilanga, en RDC, présente une carte que sa communauté a créée de leurs terres et de leurs ressources. La production de cartes comme celles-ci est une partie importante du processus de concession de la forêt communautaire, car elle exige que les membres de la communauté travaillent ensemble pour déterminer les limites et identifier les sites prioritaires à protéger. (Photo par Molly Bergen / WCS, WWF, WRI).

Avec la propriété, la responsabilité

Résoudre ce problème nécessite une série d’initiatives. L’une d’entre elles est la sécurisation et la protection des droits fonciers pour les personnes qui ont le plus à perdre d’une forêt disparue.

Selon le Rights & Resources Institute (RRI), jusqu’à 2,5 milliards de personnes dans le monde – y compris des membres de plusieurs groupes autochtones – dépendent des terres communautaires gérées localement, qui représentent plus de la moitié des terres sur Terre. Pourtant, seulement environ un cinquième de ce territoire est officiellement détenu ou contrôlé par ses résidents.

«Lorsque nous parlons aux communautés, [ils] disent« … parce que cela appartient au gouvernement, nous n’avons pas besoin de prendre soin des forêts»

La RDC ne fait pas exception. La plupart des terres du pays appartiennent officiellement au gouvernement, qui les loue à des entreprises privées et à d’autres utilisateurs. Au milieu de ces derniers, les communautés locales et les groupes autochtones ont souvent le moins de droits. Ce manque de droits fonciers, combiné au taux de pauvreté élevé de la RDC qui force les gens à défricher la terre pour nourrir leurs familles, a un impact direct sur la santé de la forêt.

« Quand nous parlons aux communautés, [ils] disent » … parce que cela appartient au gouvernement, nous n’avons pas besoin de prendre soin des forêts « , explique Theo Waynana, ancien coordinateur des forêts communautaires de World Resource Institute (WRI). « Alors, utilisons-le comme nous le voulons, car nous n’en tirons aucun bénéfice. »

La recherche soutient cette théorie, indiquant que l’amélioration du régime foncier communautaire génère des avantages environnementaux en plus des avantages économiques. L’Université du Maryland a utilisé l’imagerie satellitaire pour analyser les pertes forestières dans des paysages où CARPE travaille en RDC et en République du Congo et a constaté que les forêts avec gestion communautaire des ressources naturelles enregistraient des taux de perte plus faibles que les zones non urbanisées. Les taux de braconnage sont généralement plus faibles dans les zones protégées où les autorités du parc entretiennent de bonnes relations et entretiennent des contacts réguliers avec les communautés locales.

En 2002, la RDC a adopté un nouveau code forestier qui permet aux communautés de demander des droits de gestion sur les terres où elles vivent. Bien que ce fût une étape positive, il a fallu 14 ans de plus au gouvernement national pour finaliser la réglementation sur le processus de demande et créer des lignes directrices pour la gestion des forêts.

Emplacement approximatif des concessions forestières communautaires attribuées en RDC soutenues par les partenaires CARPE à partir de mai 2018. (Données fournies par le WWF et l'AWF, carte produite par WRI)

Emplacement approximatif des concessions forestières communautaires attribuées en RDC soutenues par les partenaires CARPE à partir de mai 2018. (Données fournies par le WWF et l’AWF, carte produite par WRI)

En vertu de la loi, les communautés peuvent demander la désignation d’une parcelle de terrain pouvant atteindre 50 000 hectares (plus de 123 000 acres) en tant que «concession forestière communautaire» à perpétuité. Ensuite, ils doivent créer un plan de gestion, qui pourrait inclure la désignation d’une zone naturelle pour la conservation, la location à une entreprise privée pour l’extraction des ressources forestières, la chasse sur elle-même, ou tout ce qui précède.

« Soutenir le gouvernement dans la mise en place de ce cadre juridique est un grand pas dans la bonne direction », a déclaré Theodore Trefon, directeur principal de la stratégie et des politiques pour le programme Africa Forests de l’IRG. « Cependant, parce que les autorités locales ne connaissent pas les détails de cette loi, et les responsabilités des différents acteurs, il y a encore de sérieuses limitations quand il s’agit de la mettre en œuvre. »

Alors, comment cette décision juridique peut-elle être transformée en action sur le terrain? CARPE travaille à combler le fossé.

Apprendre les bases

La RDC est un pays de la taille de l’Europe occidentale, où moins de 10% de la population a accès à l’électricité et moins de 4% à l’Internet. La diffusion de l’information des villes vers les villages ruraux peut donc être difficile.

Les résidents d’Ilanga et de Mpenzele ont d’abord pris connaissance de la nouvelle loi sur les forêts communautaires lors d’un atelier avec le WWF en 2015. Cette formation a décrit la nouvelle législation et ce qu’elle pourrait signifier pour ces communautés. Comme l’a déclaré un résident: «C’est grâce au WWF que nous sommes informés aujourd’hui que, en tant que communautés locales, nous avons le droit d’obtenir des concessions forestières».

À Ilanga, Mpenzele et dans d’autres villages, le WWF travaille avec les membres de la communauté pour créer des cartes de leurs villages et des ressources environnantes: où les cultures sont plantées, les lieux de pêche préférés, l’emplacement des arbres pour récolter le miel sauvage, etc. Ces cartes montrent non seulement l’éventail des façons dont les villageois utilisent la terre, mais elles aident également à identifier les zones contestées où les gens peuvent être en compétition sur les mêmes ressources.

Une communauté partenaire du WWF dans la région Mai Ndombe de la RDC examine une carte de leur territoire. (Photo: © WWF-US / Julie Pudlowski)

Une communauté partenaire du WWF dans la région Mai Ndombe de la RDC examine une carte de leur territoire. (Photo: © WWF-US / Julie Pudlowski)

Les communautés qui demandent des concessions ne sont pas les seules à avoir besoin de plus d’informations sur la nouvelle loi; Les représentants des gouvernements locaux et provinciaux qui jouent un rôle clé dans l’approbation et le suivi de ces concessions doivent également être mis au courant.

Au cours des deux dernières années, l’IRG, en collaboration avec des partenaires locaux tels que le Conseil pour la défense de l’environnement par la légalité et la traçabilité (CODELT), a formé plus de 140 acteurs d’au moins cinq provinces congolaises au processus de foresterie communautaire. Des efforts similaires sont en cours dans la province d’Ituri, où la Wildlife Conservation Society (WCS) et CODELT travaillent avec les communautés et les autorités locales pour permettre la création de trois nouvelles concessions forestières communautaires.

De plus, WRI et CODELT ont aidé le ministère de l’Environnement à développer des modèles pour s’assurer que les autorités ne doivent pas partir de zéro pour développer les permis et les approbations requis. La rationalisation de la bureaucratie est essentielle dans un endroit où de nombreuses autorités locales manquent d’électricité fiable ou d’ordinateurs personnels.

«Nous avons grandement apprécié cette collaboration, qui nous a avant tout aidé à travailler plus étroitement avec les communautés qui demandent des forêts communautaires locales», a déclaré Frédéric Djengo, ancien directeur du Département congolais de gestion forestière, qui supervise le processus de foresterie communautaire. « Les fonds dont dispose l’IRG nous ont aidés à organiser des sessions de travail, aussi bien à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays; vérifier toutes les applications; et de s’assurer que le processus est surveillé et se développe correctement sur le terrain. « 

Hand-drawn map produced by a community in the Salonga landscape of central DRC. The map identifies various types of land, including villages, hunting zones and elephant bais (clearings). (Photo/map courtesy of WWF-CAFEC) Villages use what they have on hand to map their community forests and resources. In this village’s case, the first version of the map was drawn with sticks in the soil; it was eventually copied onto paper. (Photo courtesy of WWF-CAFEC) Eventually many of the hand-drawn maps are computerized, such as this map from Ilanga. (Photo/map courtesy of WWF-CAFEC; translated/adapted by WRI) Community members near Salonga meet to provide input on the map created for their territory. (Photo courtesy of WWF-CAFEC)

Carte dessinée à la main par une communauté dans le paysage de Salonga du centre de la RDC. La carte identifie différents types de terres, y compris les villages, les zones de chasse et les bais (éléphants). (Photo / carte gracieuseté de WWF-CAFEC)

Un changement dans la propriété foncière n’améliorera pas la gestion des forêts par elle-même; les utilisateurs des terres doivent également avoir accès à des sources de revenu qui ne nécessitent pas de couper ou de surexploiter la forêt. En République Démocratique du Congo et dans l’ensemble du bassin du Congo, CARPE finance une série de petits projets qui peuvent compléter les revenus des ménages, de l’élevage à la culture du cacao cultivé à l’ombre, en passant par la construction et la vente de foyers économes en combustible. Améliorer l’accès au marché pour ces entrepreneurs en herbe sera la clé pour s’assurer qu’ils peuvent augmenter le revenu du ménage et maintenir ces nouveaux moyens de subsistance.

En outre, la création de concessions forestières communautaires pourrait ouvrir la voie à des mécanismes de paiement tels que la REDD + et le paiement de services environnementaux qui incitent à garder les écosystèmes intacts. Cela permettrait un revenu à long terme pour les communautés qui s’engagent à protéger la forêt.

Au bout du compte, le temps nous dira ce que signifiera la prolifération des forêts communautaires tant pour les forêts que pour les résidents ruraux de la RDC. « A ce stade, nous sommes encore à un stade embryonnaire », a déclaré Augustin Mpoyi, directeur exécutif de CODELT. « Je pense que nous devons nous donner 10 ans, 20 ans pour être en mesure d’évaluer les impacts de tout le travail qui est fait aujourd’hui. »

Des progrès sont réalisés, cependant. En mars 2017, les sept premières concessions forestières communautaires ont été approuvées pour les communautés soutenues par l’African Wildlife Foundation dans la province de Tshuapa. Un mois plus tard, 13 concessions supplémentaires facilitées par le WWF ont été approuvées dans la province de Mai-Ndombe. Et en février 2018, avec le soutien du WWF, le gouverneur de la province de l’Équateur a remis les titres officiels de 14 concessions forestières aux communautés locales, y compris Ilanga et Mpenzele.

Pour s’assurer que ces titres sont plus que de simples morceaux de papier, une grande partie du travail acharné est encore en avance. Les femmes et les peuples autochtones doivent jouer un plus grand rôle dans le processus. Plus de recherches doivent être faites pour déterminer la meilleure façon de façonner et de gérer les concessions aller de l’avant. Mais si les donateurs et le gouvernement continuent à soutenir le processus légal, ainsi que le développement de plans de gestion durable des terres et d’activités génératrices de revenus durables qui ne dépendent pas de la destruction des forêts, Ilanga, Mpenzele et leurs voisins peuvent commencer à apporter leur forêt. Retour à la vie.

Cet article a d’abord paru sur le site de CARPE

Click here to read the original article.

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding