LOMIE, CAMEROUN – Les pygmées Baka de l’est du Cameroun protestent contre la destruction de leur habitat forestier par des sociétés forestières européennes et chinoises. Les Pygmées disent que les compagnies forestières récoltent d’énormes profits et ne laissent que peu de bénéfices.

Des membres de la communauté des Pygmées Bagyeli exposent leur équipement de chasse, le 26 mai 2017 dans la région de Kribi au Cameroun.

Des membres de la communauté des Pygmées Bagyeli exposent leur équipement de chasse, le 26 mai 2017 dans la région de Kribi au Cameroun.

À quarante-cinq ans, Paul Ongwana sensibilise à l’aide d’un mégaphone alors qu’il passe d’une colonie de Pygmées Baka à la suivante dans le village de Magou, à 45 kilomètres de la ville de Lomie, dans l’est du Cameroun. Il exhorte les habitants à se joindre à lui pour travailler à maintenir les camions des compagnies forestières hors de leur village.

M. Ongwana a déclaré que les habitants sont en colère parce que la forêt, qui constitue leur histoire, leur culture et leurs moyens de subsistance est en train d’être détruite.

Il a dit que leur village s’est élargi d’à peine 25 familles pygmées à plus de 200 en un an. Mais il manque encore des écoles, des hôpitaux et des installations récréatives que les compagnies forestières ont promis de construire il y a 20 ans quand elles ont commencé à exploiter la forêt. Selon lui, beaucoup de Chinois viennent dans leurs villages juste pour les exploiter.

Des centaines de personnes répondent à l’appel et à la danse d’Ongwana pour protester contre la seule route dans leur quartier. Les villageois disent que les compagnies forestières ont construit la route il y a deux décennies pour transporter le bois hors de la forêt. La seule école du village est située près de la route.

Le chef du village Rodrique Alama a déclaré que les villageois bloqueraient la route jusqu’à ce que leur message parvienne au gouvernement du Cameroun.

Il a dit que les compagnies forestières profitaient de l’innocence de la population. Ils refusent de leur donner des informations sur la quantité de bois et de ressources forestières que le gouvernement les autorise à exploiter. Il dit que des arbres vieux de 100 ans sont récoltés en quelques secondes, et aucun n’est planté alors que les animaux et les ressources naturelles grâce auxquelles vivent les gens sont détruits.

Les Pygmées Baka sont un groupe ethnique répandu dans les forêts tropicales au Cameroun, au Congo, au Gabon et en République centrafricaine. Ce sont des personnes de courte taille, la plupart des adultes mesurant moins d’un mètre et demi.

La destruction des ressources forestières dont dépendent les Pygmées est une source de pauvreté et de mauvaise santé, affirment les villageois. Ils ont vécu des animaux sauvages et des fruits de la forêt pendant des milliers d’années et utilisent ses herbes naturelles comme médicament.

Legende : Un homme pygmée de la tribu Bagyeli montre des plantes utilisées pour le traitement traditionnel du paludisme, le 26 mai 2017 dans la région de Kribi au Cameroun.

Un homme pygmée de la tribu Bagyeli montre des plantes utilisées pour le traitement traditionnel du paludisme, le 26 mai 2017 dans la région de Kribi au Cameroun.

Un homme pygmée de la tribu Bagyeli montre des plantes utilisées pour le traitement traditionnel du paludisme, le 26 mai 2017 dans la région de Kribi au Cameroun.

Les entreprises d’exploitation forestière contactées par VOA ont décliné les demandes d’interview. Mais une entreprise, China Wood, a déclaré qu’elle payait jusqu’à 20% de ses revenus de l’exploitation forestière en tant que redevance après avoir payé ses impôts.

Le ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun donne la permission aux entreprises de couper des arbres dans la forêt, en stipulant qu’au moins 10% du revenu ira aux communautés locales.

Isidore Tchoffo, officier divisionnaire du gouvernement local, dit que tout l’argent n’est pas dépensé pour la communauté pygmée Baka, mais les autorités sont prêtes à les soutenir.

Mais il a dit que les Pygmées Baka devraient montrer qu’ils utiliseront bien l’infrastructure en envoyant leurs enfants à la seule école qu’ils ont et en cultivant sur les vastes terres fertiles autour d’eux. Il a dit que lorsque les Pygmées Baka commenceront à le faire, l’État fournira plus d’écoles, d’hôpitaux et de services sociaux qu’ils demandent.

On estime à 75 000 le nombre de Pygmées Baka vivant dans les riches forêts de l’est du Cameroun. Les groupes de défense des droits humains affirment que les peuples autochtones des forêts comme les Baka sont parmi les plus exploités de la région.

Click here to read the original article.

Related posts

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *