Le bassin de la Lufira désigné comme nouveau site Ramsar en RDC

Le 13 novembre 2017, le Secrétariat Ramsar a désigné le Bassin de la Lufira en RDC comme l’un des plus grands sites Ramsar au monde. La création de ce nouveau site Ramsar permettra d’assurer une plus grande protection de cette partie importante du Bassin du Congo et sécurisera cette ressource en eau pour les communautés […]

Le 13 novembre 2017, le Secrétariat Ramsar a désigné le Bassin de la Lufira en RDC comme l’un des plus grands sites Ramsar au monde. La création de ce nouveau site Ramsar permettra d’assurer une plus grande protection de cette partie importante du Bassin du Congo et sécurisera cette ressource en eau pour les communautés et la nature.

Cette désignation intervient à un moment où l’importance de la conservation des zones humides est de plus en plus en reconnue en relation avec l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de celui-ci. Une étude récente a découvert qu’un autre site Ramsar en RDC et les tourbières s’y trouvant étaient l’un des écosystèmes les plus riches en carbone au monde. Des études similaires pour le bassin de la Lufira restent encore à entreprendre.

Le bassin de la Lufira est situé dans le sud-est de la RDC à cheval sur les provinces du Haut Katanga, du Haut Lomami et du Lualaba. Il couvre une étendue de 4.470.993 hectares, ce qui correspond à une superficie plus grande que celle de la Suisse. Le bassin de la Lufira comprend des rivières, des lacs naturels et artificiels, des chutes d’eau, des étangs, des marais, des plaines inondées et des forêts marécageuses et englobe quatre aires protégées à savoir le Parc national des Kundelungu, le Parc national de l’Upemba, le Domaine de chasse du Lac Tshangalele et le Domaine de chasse de Lubudi Samwe.

Les chutes de Lofoï dans le bassin de la Lufira à l'est de la RDC

Les chutes de Lofoï dans le bassin de la Lufira à l’est de la RDC

La Lufira, qui est la principale rivière alimentant le site possède plusieurs chutes d’eau dont celle de la LofoÏ, plus haute chute d’Afrique et deuxième au monde avec 384 mètres de hauteur. Le bassin de la Lufira alimente le lac Tshangalele qui est le réservoir du barrage hydroélectrique de Mwadingusha situé à 25 kilomètres de la ville minière de Likasi et joue un rôle important dans l’approvisionnement en eau de toute la région.

« Le WWF est satisfait que cette zone humide extraordinaire soit reconnue comme une zone d’importance internationale et qu’elle sera désormais protégée dans le cadre de Ramsar » a déclaré Bruno Perodeau, Directeur de la Conservation au WWF-RDC. « Le renforcement de la protection du bassin de la Lufira est une étape significative vers sa conservation effective et pour le bien être des communautés aussi bien que de la faune importante qui y vit. »

La désignation de ce nouveau site Ramsar est le résultat d’études conduites par le WWF avec l’appui de l’USAID (Agence américaine d’aide au développement international) et de la Coopération allemande. Sous l’autorité de l’Institut Congolais pour la Conservation de la Nature (ICCN), c’est le quatrième site Ramsar en République démocratique du Congo ce qui porte la superficie totale des zones humides sous protection dans le pays à un peu moins de 12 millions d’hectares.

Une biodiversité riche et unique

Les zones humides sont les écosystèmes les plus diversifiés sur Terre et agissent comme des éponges géantes qui absorbent les pluies et les libèrent progressivement. La riche faune du Bassin de la Lufira comprend 16 espèces endémiques d’oiseaux, 15 espèces endémiques de reptiles dont trois aquatiques, des grands et moyens mammifères dont le zèbre, l’antilope rouanne, l’antilope sable et le rare Lechwe de l’Upemba, une espèce d’antilope que l’on retrouve uniquement dans le Parc national de l’Upemba. Assurer l’avenir de ces espèces en danger en réduisant les impacts humains négatifs et maintenir l’intégrité de ces habitats de zones humides est d’une importance cruciale.

“Le Bassin du Congo est une priorité de conservation mondiale et il est maintenu vivant par ses nombreux cours d’eau et zones humides » a déclaré Bruno Perodeau. « Le WWF continuera a travailler avec le gouvernement et les communautés pour de meilleurs plans de gestion, et ce particulièrement à la lumière de la menace du changement climatique. Avec l’appui de nos principaux partenaires financiers (USAID, UE, KfW…) une meilleure gestion devra aider à assurer le maintien des services écosystémiques que le site fournit déjà et à garantir qu’il demeure résilient face aux changement environnementaux imprévisibles »

Nouveau plus grand site transfrontalier au monde

En juin dernier, le Secrétariat Ramsar a enregistré comme site Ramsar unifié le complexe transfrontalier Lac Tele-Grands Affluents-Lac Tumba couvrant les sites Grands affluents et Lac Télé/Likouala-aux-herbes en République du Congo et Ngiri-Tumba-Maindombe en RDC après un processus initié par les deux pays avec l’appui du WWF. Avant cette unification, le site Ngiri-Tumba-Maindombe était déjà le plus grand site Ramsar au monde Ce site unifié abrite la plus grande tourbière en zone tropicale humide. Cette tourbière stocke 30 milliards de tonnes de carbone, ce qui lui fait jouer un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding