Clôture électrique, vers un début de la résolution des conflits autour de Virunga 

Depuis bien d’années, il existe un antagonisme entre le parc national des Virunga et les populations environnantes. Si d’une part, les paysans riverains exercent une forte pression sur ce patrimoine mondial, d’autre part, ces tractations naissent du fait que les animaux du parc ravagent régulièrement les cultures des riverains en détruisant leurs champs. En effet, […]

Depuis bien d’années, il existe un antagonisme entre le parc national des Virunga et les populations environnantes. Si d’une part, les paysans riverains exercent une forte pression sur ce patrimoine mondial, d’autre part, ces tractations naissent du fait que les animaux du parc ravagent régulièrement les cultures des riverains en détruisant leurs champs.

Depuis plusieurs années, le parc des Virunga est en conflit avec les populations environnantes

Depuis plusieurs années, le parc des Virunga est en conflit avec les populations environnantes

En effet, depuis plus d’un an, la fondation Virunga et les populations exécutent les travaux d’érection de la clôture électrique le long des limites entre le parc national des Virunga et les chefferies aux alentours.

Au départ, les villageois accusaient les gardiens du parc de ne pas empêcher les animaux de détruire leurs cultures. Les éléphants, surtout, et les buffles quittaient aisément le parc national des Virunga pour aller chercher à manger aux alentours. A leur passage, ils ravageaient les cultures et détruisaient ainsi les champs des populations riveraines. « Ces pachydermes visaient surtout les cultures des maniocs, des maïs et des pommes de terre », assure Mbusa, paysan d’Ishasha, localité frontalière du parc où les travaux sont en cours.

Ce paisible paysan et nostalgique fustige notamment le fait que l’ICCN (ndlr: Institut Congolais de la Conservation de la Nature) ne l’avait même pas indemnisé quand son champ de maïs avait été ravagé l’année passée par les éléphants venus du parc des Virunga.

Il n’est pas le seul. Beaucoup d’autres paysans riverains du parc ont enduré le même sacrifice. Cependant, tous n’ont pas été aussi tolérant : « certains habitants, se disant oubliés par l’ICCN, ont prit d’assaut le parc en décidant de se venger eux-mêmes », indique Tanzi Jérôme, observateur indépendant et membre du cadre de concertation dans le paysage Virunga, (Cacopvi) en sigle. « Ils se sont ainsi installés à l’intérieur du parc pour cultiver, chasser les animaux et couper du bois», renseigne-t-il.

Depuis, chacune de deux parties « ICCN et populations riveraines » considérait l’autre comme un ennemi. « On se surveillait comme de l’huile sur le feu », affirme Jean Harerimana, paysan joint à Jomba, dans le parage du PNVi au niveau du secteur Sud : « parfois on n’avait pas de choix…un jour, on a poursuivi et abattu un buffle qui détruisait nos champs des pommes de terre et cela nous a créé des problèmes avec le parc », explique-t-il, se réjouissant ainsi de l’érection de la clôture électrique qui, selon lui, protège les cultures des animaux dévastateurs qui viennent du parc.

Le fil électrique pour dissuader les animaux et les hommes

Pour monsieur Wenzyslas, conservateur communautaire au sein du parc national des Virunga, l’idée est telle que les animaux prédateurs venant du parc n’auront plus accès facile dans les chefferies voisines : « nous notons aujourd’hui moins de plaintes des paysans riverains depuis que la clôture électrique est en train d’être érigée autour du parc des Virunga…déjà à quelques mètres avant d’atteindre le fil électrifié, les animaux sont du coup électrocutés et ne savent plus franchir les limites du parc pour dévaster les cultures des riverains comme avant », fait-il savoir.

Il y a beaucoup moins de plaintes des paysans riverains depuis que la clôture électrique est en train d’être érigée autour du parc des Virunga. Photo/InfoCongo

Il y a beaucoup moins de plaintes des paysans riverains depuis que la clôture électrique est en train d’être érigée autour du parc des Virunga. Photo/InfoCongo

Bien plus, Wenzyslas rassure que cela évite des conflits entre l’ICCN et les paysans riverains : « non seulement les animaux du parc sont contraints de rester dans leur habitat naturel, mais également les hommes n’ont plus accès facile à l’intérieur du parc pour le détruire », a-t-il expliqué. A lui d’ajouter que ce courant est alternatif et qu’il ne pourrait donc pas faire du mal aux animaux du parc.

Dans le secteur Sud du parc national des Virunga où l’expérience a été vécue depuis quelques temps, les résultats semblent promettant. Au niveau de Mikeno, le comité local de développement et de conservation (CLDC-Bwisha) rapporte moins des cas de prédation des cultures : « les buffles ne viennent plus détruire les champs des riverains », renseigne Kasereka Mwimbi, président du CLDC-Bwisha. Il croit pourtant que cette solution n’est pas aussi durable : « tôt ou tard, les animaux risquent de s’habituer à ce circuit électrique et en essayant plusieurs fois ils risqueront de détruire cette clôture électrique », craint-il.

Gorille dans le parc national des Virunga. Photo/Virunga Park

Gorille dans le parc national des Virunga. Photo/Virunga Park

Comme c’est d’elle qu’il s’agit toujours, cette barricade électrique intervient juste après l’opération de démarcation participative des limites du parc national des Virunga. Il s’agit, selon l’organisation Hovina-Gl qui assure la maintenance autour de la clôture électrique, de baliser l’espace entre le parc et les chefferies voisines et de fixer des poteaux métalliques qui transportent les fils électrifiés : « les populations riveraines du parc concourent eux-aussi à la main d’œuvre…après le secteur Sud, la clôture électrique est en cours dans le centre et enfin viendra le secteur Nord », affirme Georges Bujiriri, coordonnateur de Hovina-Gl (Homme visionnaire de la nature/Grands-lacs). « Nous voyons en cette œuvre, une certaine alternative pour la résolution des conflits dans le paysage Virunga » se réjouit-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

×

Soumettre un article

Avez-vous des nouvelles à partager avec InfoCongo? Contribuer à cette carte en soumettant vos articles. Aider le monde d’entier a mieux comprendre l'impact de cette région importante en matière de l’environnement.

Trouver l'emplacement sur la carte

Trouver l'emplacement sur la carte

×

Find the location

Find

Result:

Latitude:
Longitude:

Finish geocoding